Les racines du Pays de Lauzun sont plantées par Pierre Périé dès le début du processus de décentralisation, en 1982. Faire vivre l’âme des communes rurales, l’entretenir et la préserver…

La motivation de l’homme politique est sincère pour créer une synergie qui installe une habitude de travail entre les communes du territoire, qui accorde aussi aux maires et à leurs administrés la place et l’écoute qu’ils revendiquent avec légitimité.

Dix ans avant la naissance officielle du Pays de Lauzun, l’embryon de la future Communauté de Communes grandit sous la forme d’un projet commun de développement : un Contrat de Pays entre Seyches et Lauzun. Deux priorités sont mises en avant : l’amélioration de l’habitat, l’animation
du territoire et la vie associative.

Lorsque le projet du législateur, porté par la loi du 6 février 1992, ouvre la porte à l’intercommunalité, le Pays de Lauzun s’interroge. La création d’un Établissement Public de Coopération Inter-communale (EPCI) va-t-elle bouleverser le travail déjà engagé ? Non. Si la loi fixe un cadre, son esprit vit déjà sur le territoire.

La Communauté de Communes du Pays de Lauzun continue donc à faire vivre son espace de solidarité et sa communauté d’intérêts en l’adaptant aux évolutions législatives successives.

Les villes et villages faisant partie du Pays de Lauzun sont Agnac, Allemans-du-Dropt, Armillac, Bourgougnague, Cambes, Lachapelle, Laperche, La Sauvetat-du-Dropt, Lauzun, Lavergne, Miramont-de-Guyenne, Montignac-de-Lauzun, Montignac-Toupinerie, Moustier, Peyrières, Puysserampion, Roumagne, Saint-Colomb-de-Lauzun, Saint-Pardoux-Isaac et Ségalas.

La CC du Pays du Lauzun a été intégrée dans Terrador Jeunesse dans le cadre de l’action Chantiers Jeunes Citoyens. Un premier a été organisé du 31 juillet au 4 août 2017 sous l’encadrement de l’association Bastid’Art.

 

Site internet :

Communauté de Communes du Pays de Lauzun